Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir un article d’Aurélie Vangeon, naturopathe certifiée par l’Ecole Euronature (reconnue par le FENA). Elle vous donne des conseils sur les bonnes habitudes à adopter pour se protéger des perturbateurs endocriniens. 

Qu’est ce que les perturbateurs endocriniens ?

En 2002, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a décrit les perturbateurs endocriniens selon la définition suivante « Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques d’origine naturelle ou artificielle, étrangères à l’organisme qui peuvent interférer avec le fonctionnement du système endocrinien et induire ainsi des effets délétères sur cet organisme ou sur ses descendants ».

Comment agissent-ils dans notre organisme ?

Deux principaux systèmes permettent de faire fonctionner notre organisme :

  • Le système hormonal (action lente par l’intermédiaire des hormones)
  • Le système nerveux (action rapide grâce à l’influx nerveux)

Les hormones sont produites par les glandes endocrines : l’hypophyse qui agit sous le contrôle de l’hypothalamus, l’épiphyse, la thyroïde, la parathyroïde, le pancréas, les surrénales et les gonades.

Les perturbateurs endocriniens ont la caractéristique de prendre la place des hormones et donc de perturber le système hormonal et d’interférer avec les messages transmis.

Bisphénol A, phtalates, pesticides, métaux lourds, médicaments…contiennent des de perturbateurs endocriniens.

Même certaines huiles essentielles peuvent être considérées comme perturbateurs endocriniens (d’où l’importance de toujours respecter les recommandations). Par exemple la sauge sclarée à une action œstrogen-like. Elle ne doit donc pas être utilisée en cas de cancer hormono-dépendant.

Où les croise ton dans notre vie quotidienne ?

Dans l’eau, l’air, les produits d’entretien, les ustensiles de cuisine, les médicaments, les amalgames dentaires, l’alimentation, les vêtements, l’ameublement de la maison (peinture, meubles, matelas…) et dans les cosmétiques / produits d’hygiène.

Au cours d’une journée, les femmes (encore plus que les hommes), si elles n’y prennent pas garde, seront en contact avec plusieurs perturbateurs endocriniens rien que dans la salle de bain.

Nettoyant pour le visage, gel douche, shampoing, crème pour le visage, contour des yeux, maquillage, vernis à ongles, laque dans les cheveux, parfum, dentifrice, protection hygiénique… Ils en contiennent si ils ne sont pas naturels ou biologiques et peuvent avoir un « effet cocktail » entre eux.

Quels sont les dangers des perturbateurs endocriniens ?

Les perturbateurs peuvent être identifiés selon deux types de molécules : hydrosolubles qui pourront être éliminées par l’organisme (urine) et liposolubles. Les plus dangereuses car stockées dans le tissu adipeux.

 

Selon les dernières études scientifiques, les effets sont divers : perturbation des cycles hormonaux chez la femme (infertilité, puberté précoce), dérèglement de la thyroïde, malformation génitale…

Chez les enfants : hyperactivité et autisme, cancer du sein, surpoids et obésité, endométriose, syndrome des ovaires polykystiques…

Comment se protéger ?

  • Aérer son logement minimum 10 minutes tous les jours
  • Avoir une alimentation la plus biologique possible
  • Privilégier les cosmétiques naturels, biologiques et « bruts : huiles végétales pour se démaquiller et s’hydrater, hydrolats, bicarbonate…
  • Dans la cuisine utiliser des ustensiles en verre (ne jamais réchauffer dans du plastique) et privilégier la cuisson dans des poêles et casseroles en acier inoxydable, en fonte émaillée et céramique
  • Pour l’entretien de la maison utiliser des produits simples comme le vinaigre blanc et le bicarbonate de soude, et ne pas hésiter à faire sa lessive maison.

Aurélie Vangeon, Naturopathe à Bordeaux

www.grainedenaturopathe.com

@grainedenaturo

 

 

Bibliographie

 

RIVECCIO, Patricia, 2017. Ma bible anti-perturbateurs endocriniens. 1ère édition. Paris : Editions Leduc

DOUMENC, Isabelle, 29 mars 2017. Perturbateurs endocriniens, une bombe à retardement pour nos enfants ! Editions : Larousse

Leave a Reply