Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir les conseils en alimentation d’Aurélie Vangeon, naturopathe certifiée par l’Ecole Euronature (reconnue par le FENA), pour traiter l’eczéma atopique. 

L’eczéma atopique est une maladie inflammatoire de la peau survenant chez les personnes au terrain dit “atopique”, c’est-à-dire favorable au développement d’allergies. Ce terrain atopique a des origines très variées : organes d’élimination (« émonctoires ») surchargés, flore intestinale fragilisée, déséquilibre acido-basique, stress, troubles émotionnels… rendant l’organisme plus fragile et plus sensible substances allergisantes.

Chaque personne est unique et seule une anamnèse réalisée en cabinet avec un naturopathe permettra de déterminer la cause du déséquilibre liée à votre eczéma et d’établir une fiche de conseils personnalisés.

Il est alors fort probable que votre naturopathe vous parle de régime Seignalet, de probiotiques, d’oméga 3, d’huile essentielle de lavande, ect…

L’alimentation du Dr Jean Seignalet pour diminuer l’inflammation.

Explications

L’eczéma est considéré comme une « maladie d’élimination ». Les « polluants » sont présents en trop grande quantité dans le corps et les organes d’élimination (appelés « émonctoires ») sont dépassés.

Ces déchets s’accumulent dans l’intestin grêle et se retrouvent dans la circulation sanguine. L’irritation et inflammation de la peau est créée par les globules blancs qui cherchent alors à éliminer ces déchets présents dans le sang.

En traitant la cause, le régime Seignalet propose d’éliminer les aliments qui contiennent des molécules mal assimilées qui rendent l’intestin poreux. S’il est bien suivi (le moindre écart peut signifier la réapparition de symptômes), il permet dans 93% de réduire en partie ou complètement les signes de cette maladie de peau.

Les grands principes de l’alimentation Seignalet sont les suivants :

  • Exclure les laits d’origine animale : vache, chèvre, brebis et leurs dérivés: beurre, fromage, crème, yaourts, glaces.

Les remplacer par des aliments à base de végétaux : amande, épeautre, coco, soja…

  • Exclure également les céréales « modernes » qui contiennent du gluten : blé, petit et grand épeautre, kamut, avoine, orge, seigle et maïs.

Il existe plusieurs alternatives : riz, sarrasin, quinoa, pâtes à base de riz ou sarrasin, etc.

  • Cuire les légumes à la vapeur (maximum 110°) pour conserver les nutriments.
  • Consommer des huiles biologiques de première pression à froid. Environ 4 à 6 cuillères à soupe chaque jour dont une qui contient des omégas 3 (colza, chanvre, cameline, lin, etc.) : à utiliser uniquement pour l’assaisonnement des salades/crudités et à conserver 3 mois maximum au réfrigérateur après ouverture car elles s’oxydent facilement.

Garder l’huile d’olive bio de Première Pression à Froid pour la cuisson.

On trouve également des omégas 3 dans les petits poissons gras : sardines, maquereaux, harengs (en manger 2 fois/semaine).

  • Conseils supplémentaires : limiter le sucre blanc, préférer le sucre complet et consommer bio le plus possible car cela limite les pesticides.

Des idées de repas pour une journée qui répondent aux conditions du régime Seignalet :

  • Petit déjeuner : œuf à la coque, pain sans gluten ou fruit et yaourt végétal + quelques amandes.
  • Midi : légumes cuits la vapeur, céréales sans gluten (riz), sardines à l’huile (riches en oméga 3 !).

Égayez votre assiette avec des épices (par exemple le curcuma anti-inflammatoire), du gomasio, des algues séchées, des herbes fraîches…

  • Goûter : un fruit de saison et quelques amandes.
  • Soir : crudités et Dahl de lentilles corail.

En plus de l’alimentation, il est indispensable d’agir sur le terrain pour traiter la cause !

Détoxifier le foie et renforcer la flore intestinale (avec les conseils d’un ou d’une Naturopathe) .

  • Un choix de plantes adaptées permettra de détoxifier le foie (uniquement si la vitalité est suffisante) : bardane, radis noir, artichaut, romarin, hydrolat de carottes…
  • Des probiotiques permettront de rétablir la flore intestinale, notamment la souche Lactobacillus GG reconnue pour avoir des effets bénéfiques sur l’eczéma.

L’influence du stress et de l’état émotionnel …

Il n’est pas rare que les maladies de peau aient des origines émotionnelles : stress, choc, séparation, conflit avec sa famille…

Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à se faire accompagner pour rétablir son équilibre émotionnel : kinésiologue, psychologue, fleurs de Bach…

Différentes techniques permettent de réguler le stress. C’est le cas notamment du yoga, de la sophrologie, des exercices de respiration (cohérence cardiaque), du sport (qui permet en plus de stimuler les émonctoires)…

De plus, l’eczéma étant une maladie mal connue elle peut être source de malaise entre individus et générer encore plus de stress pour son porteur, n’hésitez pas à en parler.

Quelques pistes pour se complémenter… à utiliser avec les conseils d’un professionnel.

  • Phytothérapie (plantes) : pensée sauvage, bardane, fumeterre, artichaut, radis noir…
  • Gemmothérapie (bourgeons) : Cèdre du Liban si eczéma sec, Orme si eczéma suintant, Noyer pour la flore intestinale.
  • Oligothérapie (oligoéléments): Manganèse, Manganèse-Cuivre.
  • Aromathérapie (extraits de plantes)
    • Par voie externe :
      • En crise : huile de bourrache, huile d’amande douce + huile essentielle de lavande aspic, de camomille romaine en cas de fortes démangeaisons.
      • En dehors des crises : huile d’amande douce pour réparer la peau.
    • Par voie interne : quelques gouttes d’huile d’onagre sur la langue.
  • Bain aux flocons d’avoine.

Aurélie Vangeon, Naturopathe à Bordeaux

www.grainedenaturopathe.com

@grainedenaturo

Retrouvez tous les conseils cosmétiques d’ODEN en cliquant ici !

***

Sources :

 

VILJANEN M. et al. – Probiotics in the treatment of atopic eczema/ dermatitis syndrome in infants: a double-blind placebo-controlled trial. Allergy. 2005

Roseline Gagnon, La Nutrithérapie, Médecine des suppléments alimentaires, Atlantica, 2001

Jean Marie Magnien, Réduire au silence 100 maladies avec le régime Seignalet, Thierry Soucar, 2013

 

Leave a Reply