was successfully added to your cart.

Panier

Interview de Daniel, producteur français de bourrache et d’onagre

By 4 mars 2018INTERVIEWS

Daniel, producteur français d’onagre et de bourrache

Nos huiles vierges d’onagre et de bourrache sont cultivées et transformées en France.

C’est extrêmement rare aujourd’hui. En effet, les cultures de ces deux plantes, qui poussent spontanément dans nos régions, ont toutes été délocalisées en Chine, d’où provient aujourd’hui 99.9% des huiles d’onagre et de bourrache distribuées dans le monde entier.

La qualité de ces huiles chinoises (la plupart du temps raffinées ou oxydées, car ce sont deux huiles végétales extrêmement sensible à l’oxydation) n’a rien à voir avec celles produites avec passion par Daniel. Entretien :

Bonjour Daniel, pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Daniel, je suis agriculteur dans l’Indre et je cultive de l’onagre, de la bourrache, de la cameline et du lin depuis plus de 30 ans. Ce sont des plantes oléagineuses : je récolte les graines pour en faire des huiles végétales de première pression à froid,  pour mes clients à la recherche d’huiles de qualité.

Pourquoi avoir choisi ces plantes ?

Nous voulions nous démarquer de l’agriculture conventionnelle et traditionnelle. Ces plantes ne sont plus du tout cultivées en France.  Je suis un des seuls producteurs français. Aujourd’hui les huiles d’onagre et de bourrache arrivent essentiellement de Chine.

Comment cultivez-vous ?

Je cultive de façon raisonnée, je ne suis pas en agriculture biologique. C’est un choix, car sur une trentaine d’hectares cultivés,  le désherbage manuel n’est pas envisageable.

L’onagre met beaucoup de temps à se développer. Nous la semons au mois d’août et récoltons les graines au mois de septembre de l’année suivante : c’est un cycle de 13 mois ! Si nous ne désherbons pas une fois au moment du semis, l’onagre est complètement noyée sous les repousses.

C’est différent pour la bourrache, qui est une plante dite « étouffante » :  nous n’avons pas besoin produit phytosanitaire. Mais nous perdons près de 80% des graines à la récolte. Comme nous pratiquons la rotation des sols, et que la bourrache qui repousse étouffe les « bonnes plantes » plantées l’année suivante, nous détruisons les graines qui nous ont échappées après la récolte.

Parlez-nous de la récolte des graines :

La récolte des graines d’onagre et de bourrache se fait en 2 temps :
d’abord nous coupons les plantes et les laissons sur le sol pour qu’elles sèchent.
Nous récoltons ensuite les graines. Elles sont immédiatement séchées à l’air ambiant. Une fois sèches, les graines sont nettoyées afin d’ôter toutes les impuretés.
Nous les stockons ensuite en chambre froide.

Comment les transformez-vous en huiles végétales ?

Nous pressons ensuite les graines avec notre propre presse, à froid. Les huiles sont ensuite filtrées sur papier, sans aucun traitement. C’est grâce à ce traitement respectueux que nous pouvons vous proposer des huiles colorées et parfumées à l’odeur des graines.

Un dernier mot sur la qualité de vos huiles par rapport à celles venant de Chine ?

Les huile d’onagre et bourrache venant de Chine sont toutes de couleur blanche et translucides.  Ces huiles ont été raffinées pour pouvoir être conservées. Le délai est en effet très long entre la fabrication de l’huile et la vente.

Le mot de fin

Considérez la qualité des huiles végétales comme celles des fruits et légumes. Plus ils sont cultivés près de chez vous, moins ils mettent de temps à arriver dans votre assiette et plus ils sont bons pour votre santé, car frais et chargés de vitamines, minéraux, fibres etc.

À l’instar d’un fruit et d’un légume, une huile végétale est un produit « vivant » : elles contiennent naturellement des acides gras et des vitamines qui s’oxydent et disparaissent si elles sont conservées trop longtemps !

Avec Daniel, nous travaillons en « flux tendu », afin de vous proposer des huiles végétales d’une fraîcheur et d’une qualité inégalée.

L'HUILE BOTANIQUE D'ONAGRE
Marion Weber

Author Marion Weber

More posts by Marion Weber

Leave a Reply