was successfully added to your cart.

Panier

Les huiles végétales et la comédogénicité

Les huiles végétales regorgent de propriétés précieuses pour notre peau. Mais certaines favorisent l’apparition d’imperfections et affaiblissent la qualité de la peau. Elles sont dites « comédogènes ». Savoir les reconnaître vous permettra de mieux choisir l’huile qui vous correspond le mieux !

 

Qu’est-ce qu’une huile comédogène ?

Une huile est dite « comédogène » lorsque son application induit l’apparition d’imperfections, de points noirs, de microkystes ou de boutons (comédons). Même si les peaux grasses et mixtes sont souvent les plus touchées, tous types de peau peuvent être concernés. Chaque peau a une sensibilité différente, il est donc normal qu’une huile soit « comédogène » pour certaines personnes et pas pour d’autres.

Les huiles végétales comédogènes interagissent avec notre peau et excitent la sécrétion de sébum. Ce dernier est un élément constitutif naturel de la peau, indispensable à sa protection et à son fonctionnement. Cependant sa présence en excès (hyperséborrhée) obstrue les pores, empêche la peau de respirer et d’évacuer les cellules épithéliales mortes. Tous ces dysfonctionnements conduisent à l’apparition d’imperfections (et parfois même à une inflammation de notre épiderme).

Les huiles comédogènes sont donc à identifier et à éviter, surtout sur le visage où la peau est particulièrement sensible et réactive.

 

Comment savoir si mon huile est comédogène ?

Pour savoir si votre huile a des risques d’être comédogène sur votre peau, vous pouvez vous référez à son Indice de comédogénicité. Il peut être déterminé pour toutes les huiles, macérâts, cires, beurres végétaux et se mesure expérimentalement. Il se calcule sur une échelle de 0 à 5 :

  • 0 – non-comédogène
  • 1 – peu comédogène
  • 2 – moyennement comédogène
  • 3 – comédogène
  • 4 – assez comédogène
  • 5 – fortement comédogène

Cet indice permet d’anticiper la réaction de votre peau même si une prédiction parfaite n’existe pas. Toutes les réactions sont individuelles.

Voici quelques exemples d’huiles végétales et de leurs indices :

TableauComedogeniciteODEN* Les macérâts sont des huiles obtenues grâce au mélange d’une huile neutre (huile de tournesol généralement) et d’une végétal d’intérêt. Leur Indice de comédogénicité dépend majoritairement de celui de l’huile utilisée (0 pour l’huile de tournesol).

** Seule la phase huileuse de la Rose est comédogène. Les hydrolats, comme celui de notre Brume ODEN, ne se composent pas des mêmes molécules et ne présentent aucune comédogénicité.

Les huiles végétales ODEN sont toutes formulées à partir d’un ingrédient unique, ce qui facilite leur estimation. Les ingrédients sont choisis de manière à garantir une comédogénicité des produits relativement faible.

ArganODEN

À savoir : Ne pas confondre « comédogène » avec « riche » ! Même si une huile vous semble riche et nourrissante, cela ne veut pas forcément dire qu’elle est comédogène. L’huile d’Argan par exemple est l’une des huiles les plus riches et nourrissantes mais son indice de comédogénicité est de 0. En revanche une huile de mauvaise qualité qui pénètre mal dans la peau aura tendance à activer la surproduction de sébum et sera, elle, comédogène.

 

Qu’est-ce qui peut rendre une huile végétale comédogène ?

La comédogénicité d’un corps gras dépend de 3 facteurs :

  • sa nature : la plante de laquelle elle a été extraite (via l’Indice de comédogénicité)
  • sa qualité : la provenance des matières premières, sa fraîcheur…
  • son état d’oxydation

Lorsqu’une huile s’oxyde, ses molécules se décomposent et elle perd alors une grande partie de ses propriétés. Les huiles végétales oxydées sont presque toujours comédogènes, elles pénètrent mal dans la peau et peuvent déclencher une hyperséborrhée.

Pour être sûr(e) de choisir une huile végétale pas ou peu comédogène pour vous, il suffit de choisir une huile de qualité (huile vierge, fraîche, de première pression à froid et confectionnée à partir d’ingrédients de qualité), avec un faible Indice de comédogénicité, et de la conserver dans de bonnes conditions.

Pour cela, voici quelques conseils de conservation pour faire durer votre huile le plus longtemps possible et la préserver de l’oxydation :

  • Les huiles végétales sont sensibles à la chaleur, évitez de les exposer à de fortes températures et de les conserver dans des pièces chaudes. N’hésitez pas à les laisser dans votre réfrigérateur en été.
  • Elles réagissent avec la lumière, ne les exposez pas constamment à la lumière du jour.
  • Le contact avec l’air accélère l’oxydation des molécules, les huiles végétales ne doivent pas rester ouvertes trop longtemps, prenez soin de bien refermer votre flacon après utilisation.

Si vous avez un doute sur votre huile pas de panique ! L’oxydation d’une huile est une altération chimique qui change sa couleur ou son odeur. Il vous sera facile de détecter ces changements.

HuileODENChoisissez votre huile en fonction de votre type de peau et affinez votre sélection selon ses réactions. Votre peau est précieuse, écoutez-là !

 

Sources :

Marie Cafiero

Author Marie Cafiero

More posts by Marie Cafiero

Leave a Reply

Le e-shop reste ouvert et les livraisons sont maintenues.
+